Changement climatique

Réchauffement climatique : 2020 clôture la décennie la plus chaude jamais enregistrée

Alors que l’année 2020 touche à sa fin, elle laisse dans son sillage la décennie la plus chaude jamais enregistrée et l’une des trois années les plus chaudes jamais mesurées, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Publié le : 31 décembre 2020 à 07h39min Auteur : Gabon Matin
Crédit photo : © 2020 D.R.

Malgré un refroidissement dû à La Niña, 2020 a été une année de chaleur exceptionnelle qui est maintenant arrivée à maturité et qui a eu un impact sur les conditions météorologiques dans de nombreuses régions du monde, a déclaré l’agence onusienne. Selon la plupart des modèles, La Niña devrait atteindre un pic d’intensité soit ce mois-ci, soit en janvier, et se poursuivre jusqu’au début de l’année prochaine.

« Les années de chaleur record ont généralement coïncidé avec un fort épisode El Niño, comme ce fut le cas en 2016 », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. Cependant, a-t-il noté, « nous connaissons actuellement La Niña, qui a un effet refroidissant sur les températures mondiales, mais qui n’a pas été suffisant pour freiner la chaleur de cette année ». « Malgré les conditions actuelles de La Niña, cette année a déjà montré une chaleur presque record comparable au précédent record de 2016 », a déclaré le chef de l’OMM.

2020 dans le trio de tête

L’OMM a également documenté les six dernières années comme étant les plus chaudes jamais enregistrées. En janvier, l’agence onusienne publiera des chiffres consolidés sur les températures pour 2020, basés sur cinq ensembles de données sur les températures mondiales.

Ces données seront intégrées dans un rapport final sur l’état du climat en 2020, qui sera publié en mars et comprendra des informations sur certains impacts climatiques. Jusqu’à présent, les cinq ensembles de données pour les dix premiers mois de 2020 ont placé cette année en deuxième position pour la température la plus chaude de l’année à ce jour, après 2016 et avant 2019.

Selon les rapports mensuels du service Copernicus sur le changement climatique de l’Union européenne, de la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis, de l’Institut Goddard pour les études spatiales de la NASA et de l’Agence météorologique japonaise, le mois de novembre a été classé comme le plus chaud ou le deuxième plus chaud jamais enregistré.

La différence entre les trois années les plus chaudes est faible et le classement exact de chaque ensemble de données pourrait changer une fois que les données pour l’année entière seront disponibles, selon l’OMM.

Une tendance dangereuse

Le classement des températures pour chaque année est moins important que les tendances à long terme, explique l’agence météorologique des Nations Unies. Depuis les années 1980, chaque décennie est plus chaude que la précédente. Et en raison des niveaux records de gaz à effet de serre qui piègent la chaleur dans l’atmosphère, la tendance devrait se poursuivre.

En particulier, le dioxyde de carbone est à l’origine du réchauffement futur de la planète car il reste dans l’atmosphère pendant de nombreuses décennies. Selon le rapport de l’OMM intitulé Mise à jour annuelle et décennale sur le climat mondial, il y a une chance sur cinq que la température moyenne de la planète dépasse temporairement 1,5 degré Celsius d’ici 2024.

-----

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !